Les insectes en danger

Biodiversité : les insectes en danger de mort totale d’ici 100 ans

Une récente étude australienne révèle que les insectes pourraient avoir disparu d’ici 100 ans. Une nouvelle particulièrement préoccupante pour la pollinisation et la biodiversité. L’agriculture intensive pointée du doigt.

ILLUSTRATION MARTIN OSLIC / UNSPLASH

Dans vingt ans, les abeilles risquent de ne plus voler autour de nos assiettes, les cigales ne grésilleront peut-être plus, les libellules ne feront plus l’hélicoptère sur les plan d’eau. C’est le terrible constat qu’une nouvelle étude anglo-saxonne vient de révéler. Pire : elle met en garde contre un “effondrement catastrophique” des milieux naturels.

Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland, ont compilé 73 études. “La conclusion est claire : à moins que nous ne changions nos façons de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l’extinction en quelques décennies”, soulignent les auteurs de ce bilan considéré comme “effrayant”. Aujourd’hui, environ un tiers des espèces sont menacées d’extinction “et chaque année environ 1% supplémentaire s’ajoute à la liste”, affirment les chercheurs australiens. Ils considèrent que cela équivaut “au plus massif épisode d’extinction” depuis la disparition des dinosaures. Parmi les espèces les plus affectées, on trouve les papillons, les abeilles, les guêpes, les fourmis, les frelons, les scarabées et les coccinelles.

Alerte sur la pollinisation

Selon les universitaires, “la proportion d’espèces d’insectes en déclin (41%) est deux fois plus élevée que celle des vertébrés et le rythme d’extinction des espèces locales (10%) huit fois plus”. Une situation dramatique qui provoquerait des déséquilibres majeurs en mettant en péril, par exemple, le service vital rendu par les insectes : la pollinisation des cultures.

Selon une étude parue fin 2017 et basée sur des captures réalisées en Allemagne, l’Europe aurait perdu près de 80% de ses insectes en moins de 30 ans, contribuant à faire disparaître plus de 400 millions d’oiseaux. Oiseaux, mais aussi hérissons, lézards, amphibiens, poissons… tous dépendent de cette nourriture.

Urbanisation, déforestation,pesticides, engrais

A l’origine de cette chute des insectes, les chercheurs australiens désignent la perte de leur habitat. L’urbanisation, la déforestation, la conversion agricole et le recours aux pesticides et engrais de synthèse sont largement pointés du doigt, tout comme l’intensification des pratiques agricoles au cours des soixante dernières années. A ces raisons s’ajoutent les agents pathogènes (virus, parasites), les espèces invasives et enfin le changement climatique notamment dans les régions tropicales. “Restaurer les habitats, repenser les pratiques agricoles, avec en particulier un frein sérieux à l’usage de pesticides et leur substitution par des pratiques plus durables, s’imposent urgemment”, précisent les auteurs du rapport. Ils appellent aussi à assainir les eaux polluées, en ville comme en milieu rural.

Le recul des insectes, qui forment les deux tiers des espèces terrestres, remonte au début du XXe siècle. Il s’est accéléré dans les années 1950-60 pour atteindre “des proportions alarmantes” ces vingt dernières. Ainsi, 60% des espèces de bousiers sont sur le déclin dans le bassin méditerranéen. Et une espèce d’abeilles sur six a disparu au niveau régional, dans le monde.

Salon du Monde Nouveau, du 29 au 31 mars à Perpignan

A occasion du salon du Monde Nouveau à Perpignan, un atelier pour apprendre à construire des hôtels à insectes sera proposé au camion FabLab. Un petit geste accessible à tous pour aider les insectes !

PH. P.

Menu