COP25 Le Chili s’impatiente

La présidente chilienne s’impatiente

À 24 heures de la clôture de cette Cop25, Carolina Schmidt enjoint les participants à relever, dès vendredi, un « défi historique ». Pas gagné.

Carolina Schmidt arrachera-t-elle des engagements aux pays présents à Madrid ? Alors que c’est ce vendredi 13 décembre que s’achève cette Cop25, sa présidente présidait hier l’une des dernières plénières de la quinzaine. « Je veux être claire, si on est tous là, si on a tous fait des efforts pour que se tienne cette Cop, c’est parce qu’on y croit », a-t-elle dit en introduction.

L’heure n’est pas à l’optimisme à Madrid

Des dizaines de prises de paroles d’autant de pays plus tard, elle concluait : « Time for action est le mot d’ordre ici. Le succès de cette Cop dépend de nous tous, on fait face à un défi historique, il n’y aura pas d’excuses. Je vous appelle à travailler ensemble pour donner une réponse positive demain (ce vendredi) ».
Et si la Chilienne, aussi ministre de l’Environnement dans son pays, a voulu adopter ce ton volontariste et mobilisateur, l’heure n’était franchement pas à l’optimisme à Madrid.

A Madrid, F. Michalak
Menu