COP25 Le Chili s’impatiente

La présidente chilienne s’impatiente

À 24 heures de la clôture de cette Cop25, Carolina Schmidt enjoint les participants à relever, dès vendredi, un “défi historique”. Pas gagné.

Carolina Schmidt arrachera-t-elle des engagements aux pays présents à Madrid ? Alors que c’est ce vendredi 13 décembre que s’achève cette Cop25, sa présidente présidait hier l’une des dernières plénières de la quinzaine. “Je veux être claire, si on est tous là, si on a tous fait des efforts pour que se tienne cette Cop, c’est parce qu’on y croit”, a-t-elle dit en introduction.

L’heure n’est pas à l’optimisme à Madrid

Des dizaines de prises de paroles d’autant de pays plus tard, elle concluait : “Time for action est le mot d’ordre ici. Le succès de cette Cop dépend de nous tous, on fait face à un défi historique, il n’y aura pas d’excuses. Je vous appelle à travailler ensemble pour donner une réponse positive demain (ce vendredi)”.
Et si la Chilienne, aussi ministre de l’Environnement dans son pays, a voulu adopter ce ton volontariste et mobilisateur, l’heure n’était franchement pas à l’optimisme à Madrid.

A Madrid, F. Michalak
Menu