Économie circulaire

Économie circulaire un cercle vertueux dans lequel s’engage l’Occitanie

Préparer un monde de demain plus respectueux de l’environnement, c’est aussi mieux acheter et mesurer l’impact écologique des produits de notre société de consommation. L’économie circulaire est l’une des meilleures réponses à ces défis car elle concrétise l’objectif de passer d’un modèle de réduction d’impact à un modèle de création de valeur, positive sur un plan social, économique et environnemental.

“L’économie circulaire désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. Il s’agit de rompre avec le modèle de l’économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) pour un modèle économique circulaire”, explique le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui s’est engagé en 2018 sur une feuille de route riche de 50 mesures ambitieuses.

Des objectifs ambitieux

Réduire de 30 % la consommation de ressources par rapport au PIB d’ici à 2030 par rapport à 2010, réduire de 50 % les quantités de déchets non dangereux mis en décharge en 2025 par rapport à 2010, tendre vers 100 % de plastiques recyclés en 2025, économiser l’émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année grâce au recyclage du plastique, créer 500 000 emplois supplémentaires : tels sont les objectifs de la France. L’économie circulaire va en outre contribuer à atteindre certaines des cibles des objectifs du développement durable (ODD) de l’Agenda 2030 pour la France.

L’économie circulaire – qui est aussi un enjeu européen fort mis en avant par la Commission Juncker – mobilise de nombreux acteurs (collectivités, entreprises, ONG,…) pour imaginer de nouveaux outils et processus pour, par exemple, rallonger les flux de matière (réemploi, recyclage) et de produits (écoconception sans toxique ni obsolescence programmée, réparation, réutilisation puis recyclage) tout au long de la vie du produit ou du service.

L’Occitanie s’engage

Et ce concept constitue un cercle vertueux puisqu’une étude de France Stratégie estime que l’économie circulaire concerne quelque 800 000 emplois en France. Le souci de l’environnement se double ainsi d’un enjeu pour l’emploi.

En Occitanie, on l’a bien compris puisque la Région a été l’une des premières à s’engager dans cette voie. “L’Occitanie connaît une croissance démographique forte, avec 52 000 nouveaux arrivants chaque année, et une prospective par rapport à 2015 de +8 % à l’horizon 2025 et de +12 % en 2031. Dans ce contexte, atteindre les mêmes objectifs que le territoire national promis à une moindre progression est donc particulièrement ambitieux”, notait récemment Carole Delga, présidente de la Région. Ce qui n’a pas empêché l’Occitanie de lancer un plan régional de prévention et de gestion des déchets et un plan d’actions régional pour l’économie circulaire (PREC).

Il est vrai que dès 1994, l’Occitanie a vu naître des pionniers en matière de collecte sélective, notamment dans le Lot, et est en pointe dans le recyclage du verre (100 % du verre trié en Occitanie est recyclé en Occitanie.) Les 5,6 millions d’habitants de la région Occitanie se situent ainsi dans la moyenne nationale en matière de tri et de recyclage des papiers et emballages avec 72,6 kg par habitant et par an, observe Citeo.

Sur tous ces domaines où les innovations technologiques ne manquent pas, il existe donc des marges de progression importantes pour concilier développement économique et durable.

Menu